Recommandez ce site


Google

Solidarité Asie

Manifestation en faveur des victimes du Tsunami
du 26 décembre 2004

Nous avons organisé cette action en faisant passer une information aux enseignants, aux parents, aux élèves, précise Guy Miclo, le proviseur du lycée.

 

Avant le rassemblement nous avons également pérsenté une conférence à tous les lycéens pour les sensibiliser sur ce sujet. Pour Guy Miclo, il ne s'agit  pas de s'arrêter à la catastrophe qui a touché l'Asie. Nous ne voulions pas seulement organiser une  collecte où le fait de donner un euro donne bonne conscience.

 

Nous voulions plutôt faire prendre conscience du désastre et de l'acte d'engagement. Nous voulions que les jeunes se disent : -Et moi, aujourd'hui,  qu'est-ce-que je  peux  faire dans ma vie professionnelle ou  personnelle pour aider les  autres,  pour que  le monde aille  mieux.- Personne n'est protégé.

Galerie de photos                                               

Réactions d'élèves :

C'est bien cet élan de solidarité. Je voulais m'associer, explique-t-il. Je voulais être utile en récoltant de l'argent et me montrer solidaire. En plus, pour le lycée, cette action montre que l'on  sait  faire quelque  chose  de bien. J'ai été marqué par les images que j'ai vues de la catastrophe. Surtout  les  vidéos  d'amateurs.  Je pense que notre action d'aujourd'hui est réussie.

Benjamin, BEP ELN

 

 

  C'est le minimum que l'on pouvait faire, note Mélodie. J'ai été touchée par ce qui s'est passé. C'est atroce tous ces gens qui n'ont plus rien,  qui ont tout perdu, poursuit Mélanie. Cette action, c'est  bien,  mais  c'est  vraiment peu, reprend Mélodie. Les dons doivent surtout continuer, note Claire.  On  donne presque trop d'un coup et après, les victimes vont tomber dans l'oubli. Au prochain gros scoop, on ne parlera plus de l'Asie.

Mélanie, Mélodie et Claire, BEP ELN

 


 

 

 

Mise à jour : 06/03/2016